• lun. Avr 22nd, 2024

L’écotourisme aux Philippines : un modèle de développement durable, selon Thibault Hutin

ByThierry Lafond

Juil 27, 2023
L'écotourisme aux PhilippinesSource : Unsplash

Les Philippines sont un archipel de plus de 7000 îles situé en Asie du Sud-Est, qui offre une grande diversité de paysages, de cultures et de biodiversité. C’est aussi un pays qui fait face à de nombreux défis environnementaux, sociaux et économiques, comme la déforestation, la pauvreté, la corruption ou les catastrophes naturelles. Face à ces enjeux, le tourisme peut être une opportunité de développement, mais aussi une menace pour les ressources naturelles et les communautés locales.

C’est pourquoi l’écotourisme se présente comme une alternative plus durable et responsable, qui vise à concilier la conservation de l’environnement, le bien-être des populations et la rentabilité économique. Dans cet article, nous allons explorer les principes, les pratiques et les impacts de l’écotourisme aux Philippines, en nous appuyant sur le témoignage de Thibault Hutin.

Qu’est-ce que l’écotourisme ?

L’écotourisme est une forme de tourisme qui repose sur trois piliers : l’environnement, le social et l’économique. Selon la définition de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), l’écotourisme est un voyage responsable dans des espaces naturels qui contribue à la protection de l’environnement et au bien-être des populations locales. L’écotourisme implique donc un respect de la nature et des cultures, une participation des communautés à la gestion et aux bénéfices du tourisme, et une minimisation des impacts négatifs sur l’environnement et la société.

Thibault Hutin explique que l’écotourisme aux Philippines est encore un concept récent, mais qui se développe de plus en plus. « Les Philippines se sont dotées d’une stratégie nationale de l’écotourisme (NDA) et d’un Comité national de l’écotourisme (NEC) qui a élaboré un programme national de l’écotourisme, pour établir un ensemble de normes pour les projets d’écotourisme ou de produits », dit-il. Thibault Hutin ajoute que l’écotourisme est un moyen de valoriser la richesse naturelle et culturelle du pays, tout en répondant aux besoins des touristes et des habitants.

Voici une vidéo relatant ces faits :

Thibault Hutin présente les atouts des Philippines pour l’écotourisme

Les Philippines possèdent un patrimoine naturel et culturel exceptionnel, qui fait leur attrait pour les touristes en quête d’authenticité et d’aventure. Le pays compte plus de 20 000 km de côtes, avec des plages paradisiaques, des récifs coralliens et une faune marine variée. C’est une destination idéale pour la plongée sous-marine, avec près de 300 centres de plongée répartis sur tout le territoire. Les Philippines abritent également une biodiversité terrestre remarquable, avec plus de 12 000 espèces de plantes (dont 6 000 endémiques), 560 espèces d’oiseaux et 200 espèces de mammifères. Le pays compte trois sites naturels classés au patrimoine mondial de l’UNESCO : le parc marin du récif de Tubbataha, le parc national de la rivière souterraine de Puerto Princesa et les rizières en terrasse de Banaue.

Sur le plan culturel, les Philippines sont une mosaïque de langues, de peuples et de traditions. Le pays compte plus de 100 groupes ethniques différents, dont certains vivent encore selon des modes ancestraux. Les Philippines sont également influencées par leur histoire coloniale espagnole et américaine, ce qui se traduit par une architecture, une gastronomie et une religion métissées. Les Philippins sont réputés pour leur sens de l’accueil, leur sourire et leur joie de vivre, ce qui crée un climat propice aux échanges et aux rencontres.

Des exemples de projets d’écotourisme aux Philippines dévoilés par Thibault Hutin

Il existe de nombreux exemples de projets d’écotourisme aux Philippines, qui impliquent des acteurs locaux, des ONG, des entreprises privées ou des institutions publiques. Thibault Hutin nous présente deux cas qu’il a pu observer de près lors de son séjour aux Philippines.

Le premier est le projet Ecoconut Tour, qui propose des séjours responsables dans la province de Pampanga, au nord de Manille. Ce projet est né d’un partenariat entre une association locale, le Centre for Kapampangan Studies, et une agence de voyage française, Terres des Andes. Le but est de faire découvrir aux touristes la culture et le mode de vie des Kapampangan, un peuple indigène qui vit dans les zones rurales. Les activités proposées sont variées : randonnées à pied ou à vélo, visites de fermes biologiques, ateliers culinaires, initiation à la musique et à la danse traditionnelles, etc. Le projet vise à valoriser le patrimoine culturel des Kapampangan, à créer des emplois et des revenus pour les habitants, et à sensibiliser les touristes aux enjeux environnementaux et sociaux de la région.

Le deuxième est le projet Yangil Village, qui consiste à développer un écotourisme communautaire dans un village aeta, une ethnie autochtone qui vit dans les montagnes de l’île de Luzon. Ce projet est porté par une ONG locale, le Circle Hostel Project, qui a construit un éco-lodge dans le village, en utilisant des matériaux locaux et en respectant l’architecture traditionnelle. Le projet offre aux touristes la possibilité de vivre une expérience immersive auprès des aetas, en participant à leurs activités quotidiennes, comme la chasse, la pêche, la cueillette ou l’artisanat. Le projet a également pour objectif de reboiser la forêt environnante, qui a été dégradée par l’exploitation minière et le défrichement. Pour cela, il organise des sessions de plantation d’arbres avec les touristes et les habitants, en utilisant des espèces endémiques. Le projet contribue ainsi à la préservation de l’environnement, à l’amélioration des conditions de vie des aetas et à la promotion de leur culture.

Quels sont les impacts de l’écotourisme aux Philippines ?

L’écotourisme aux Philippines a des impacts positifs sur plusieurs plans : environnemental, social et économique. Sur le plan environnemental, l’écotourisme permet de protéger les ressources naturelles du pays, en limitant les émissions de gaz à effet de serre, en réduisant les déchets et en favorisant la conservation de la biodiversité. Sur le plan social, l’écotourisme favorise le bien-être des communautés locales, en renforçant leur identité culturelle, en améliorant leur accès à l’éducation et à la santé, et en renforçant leur capacité d’organisation et de participation. Sur le plan économique, l’écotourisme génère des revenus pour les habitants, en créant des emplois directs ou indirects liés au tourisme, en diversifiant les sources de revenus et en stimulant le développement local.

Thibault Hutin souligne que l’écotourisme aux Philippines a également des impacts positifs sur les touristes eux-mêmes. Il affirme que l’écotourisme permet aux touristes d’enrichir leurs connaissances sur le pays qu’ils visitent, d’apprendre à respecter la nature et les cultures différentes, et de vivre des expériences inoubliables. Il ajoute que l’écotourisme favorise également le dialogue interculturel entre les touristes et les habitants, ce qui peut contribuer à renforcer la paix et la compréhension mutuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *