• mer. Fév 21st, 2024

Thibault Hutin : « Ce qu’un manager peut apprendre de l’équitation »

ByThierry Lafond

Juil 18, 2023
Le management et l'équitationSource : Unsplash

L’équitation est un sport, un art, mais aussi une école de vie. En effet, la relation entre le cavalier et le cheval repose sur des principes qui peuvent être transposés au monde du management. Thibault Hutin, un ancien cavalier, partage ses expériences pour aider les managers.

Thibault Hutin : « vous devez respecter l’autre dans sa singularité »

Le cheval est un être sensible, doté d’une personnalité, d’une histoire, de besoins et de préférences. Le cavalier doit apprendre à le connaître, à le comprendre et à l’accepter tel qu’il est, sans chercher à le soumettre ou à le changer, explique Thibault Hutin.

Il doit adapter sa communication, sa pédagogie et ses exigences en fonction du cheval qu’il monte. Le respect de la diversité des talents, des motivations et des aspirations de ses collaborateurs est aussi essentiel. Il doit les écouter, les valoriser et les accompagner dans leur développement.

Voici une vidéo relatant ces faits :

Instaurer la confiance et la sécurité est essentiel selon Thibault Hutin

Le cheval est un animal proie, qui a besoin de se sentir en sécurité pour se détendre et coopérer. Le cavalier doit lui offrir un cadre rassurant, stable et bienveillant. Il doit être clair dans ses demandes, cohérent dans ses réactions et constant dans son attitude. Il doit aussi être attentif aux signaux du cheval, qui exprime son état émotionnel par son langage corporel, note Thibault Hutin.

Il est important de créer un climat de confiance au sein de son équipe, en étant transparent, juste et empathique. Il doit aussi être à l’écoute des besoins, des émotions et du feedback de ses collaborateurs.

Thibault Hutin : Développer la complicité et la synergie

Le cheval et le cavalier doivent former un couple harmonieux, qui se comprend et se complète. Le cavalier doit être attentif aux sensations que lui transmet le cheval, et adapter ses aides en fonction de sa réaction. Il doit aussi anticiper les difficultés, les obstacles ou les imprévus qui peuvent survenir lors d’une séance ou d’une épreuve.

Le cheval doit quant à lui faire preuve d’attention, de réactivité et de générosité envers son cavalier. Le manager doit instaurer une relation de partenariat avec ses collaborateurs, basée sur l’échange, la coordination et la complémentarité. Il doit aussi anticiper les risques, les opportunités ou les changements qui peuvent affecter son projet ou son activité.

Fixer des objectifs réalistes et motivants

Le cheval a besoin d’avoir un sens à ce qu’il fait, sinon il se lasse ou se rebelle. Le cavalier doit lui proposer des objectifs adaptés à son niveau, à sa forme et à son envie du moment. Il doit aussi varier les exercices, les lieux et les disciplines pour éviter la routine et stimuler l’intérêt du cheval.

Il doit enfin récompenser le cheval pour ses efforts, ses progrès ou ses réussites, par des caresses, des encouragements ou des friandises. Le manager doit fixer des objectifs SMART (spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporels) à ses collaborateurs, en tenant compte de leurs compétences, de leur potentiel et de leur motivation. Il doit aussi diversifier les tâches, les missions et les responsabilités pour éviter l’ennui et favoriser l’innovation. Il doit enfin reconnaître le travail accompli par ses collaborateurs, par des félicitations, des remerciements ou des primes.

Respecter le rythme et l’équilibre

Le cheval a besoin de respecter son rythme biologique, qui dépend de son âge, de sa race et de sa condition physique. Le cavalier doit veiller à ne pas le fatiguer ou le stresser inutilement. Il doit respecter ses temps de repos, de récupération et de détente. Il doit aussi lui offrir une alimentation adaptée, une hygiène irréprochable et des soins réguliers. Il doit enfin lui permettre de vivre en groupe, de se dépenser librement et de s’amuser.

Le manager doit respecter le rythme de travail de ses collaborateurs, qui dépend de leur personnalité, de leur situation et de leur santé. Il doit veiller à ne pas les surcharger ou les pressuriser excessivement. Il doit respecter leurs temps de pause, de déconnexion et de loisirs. Il doit aussi leur offrir un environnement de travail agréable, sain et sécurisé. Il doit enfin leur permettre de travailler en équipe, de s’exprimer librement et de se divertir.

La formation est une étape cruciale pour Thibault Hutin

Le cheval est un animal qui apprend tout au long de sa vie, à condition qu’on lui en donne l’occasion. Le cavalier doit lui-même se former et se perfectionner continuellement, pour progresser avec son cheval et lui apporter ce dont il a besoin. Il doit aussi se remettre en question, accepter ses erreurs et ses limites, et chercher à les dépasser. Il doit aussi être ouvert aux conseils, aux critiques et aux suggestions des autres cavaliers, des enseignants ou des professionnels du cheval, explique Thibault Hutin.

De même, le manager doit se former et se mettre à jour régulièrement, pour accompagner ses collaborateurs et leur apporter ce dont ils ont besoin. Il doit aussi se remettre en question, accepter ses faiblesses et ses échecs, et chercher à les surmonter. Il doit aussi être ouvert au feedback, à l’évaluation et à l’accompagnement des autres managers, des pairs ou des experts.

La passion est un véritable moteur, selon Thibault Hutin

Le cheval est un animal qui aime le contact, le jeu et la complicité avec l’humain. Le cavalier doit prendre du plaisir à monter son cheval, à partager des moments privilégiés avec lui, à le voir s’épanouir et à le rendre heureux. Il doit aussi partager sa passion avec d’autres cavaliers, échanger des expériences, des conseils, des anecdotes ou des émotions. Il doit aussi faire découvrir l’équitation à d’autres personnes, transmettre son savoir-faire, son savoir-être et son savoir-vivre avec le cheval, note Thibault Hutin.

De même, le manager doit prendre du plaisir à manager son équipe, à partager des objectifs communs avec elle, à la voir grandir et à la rendre fière. Il doit aussi partager sa vision avec d’autres managers, échanger des pratiques, des idées, des problèmes ou des solutions. Il doit aussi faire découvrir son métier à d’autres personnes, transmettre ses compétences, ses valeurs et sa culture managériale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *