• lun. Avr 22nd, 2024

Yassine Yakouti explique l’impact des nouvelles technologies sur le droit pénal

ByThierry Lafond

Juil 19, 2023
La technologie et le droit pénalSource : Unsplash

Les nouvelles technologies sont devenues incontournables dans notre société. Elles offrent de nombreuses opportunités, mais aussi des défis pour le droit pénal. Comment les autorités utilisent-elles ces technologies pour lutter contre le crime ? Quels sont les risques et les limites de ces technologies pour les droits fondamentaux ? Quelle est la vision de Yassine Yakouti, avocat pénaliste et membre du Conseil de l’Ordre, sur ces questions ?

Les avantages des nouvelles technologies pour le droit pénal

Selon Yassine Yakouti, les nouvelles technologies offrent des avantages indéniables pour le droit pénal. Elles permettent aux autorités de mieux prévenir, détecter et réprimer les infractions pénales. Par exemple, l’utilisation des caméras de vidéosurveillance, des systèmes de reconnaissance faciale ou des drones permet de surveiller les lieux publics et d’identifier les suspects.

Voici une vidéo expliquant le droit pénal :

De même, l’utilisation des traces numériques, comme les données de géolocalisation, les empreintes digitales ou l’ADN, permet de recueillir des preuves plus fiables et plus précises. Ces technologies facilitent donc le travail des enquêteurs et des magistrats, et renforcent l’efficacité de la justice pénale.

Les inconvénients des nouvelles technologies pour le droit pénal

Toutefois, Yassine Yakouti souligne également les inconvénients des nouvelles technologies pour le droit pénal. Il s’agit notamment des risques liés à la protection de la vie privée et des données personnelles. En effet, les nouvelles technologies peuvent porter atteinte au droit au respect de la vie privée et au secret des correspondances, qui sont garantis par la Constitution et par la Convention européenne des droits de l’homme.

Par exemple, l’utilisation abusive ou illégale des données recueillies peut conduire à des violations de la confidentialité ou à des discriminations. De même, l’utilisation disproportionnée ou injustifiée des technologies peut conduire à une surveillance excessive ou à une ingérence dans la vie privée. Ces risques nécessitent donc un contrôle strict et un encadrement juridique adapté.

Quelles sont les évolutions juridiques liées aux nouvelles technologies ? Les réponses de Yassine Yakouti

Face à ces enjeux, le droit pénal a dû évoluer pour prendre en compte les nouvelles technologies. Selon Yassine Yakouti, ces évolutions se sont traduites par deux types de mesures : d’une part, la création de nouvelles infractions pénales liées aux technologies ; d’autre part, l’adaptation des règles de procédure pénale aux technologies. Ainsi, le législateur a créé des infractions spécifiques pour réprimer les atteintes aux systèmes informatiques, comme le piratage, le sabotage ou le vol de données. Il a également renforcé la répression des infractions commises par le biais des technologies, comme la cybercriminalité, la cyberharcèlement ou la cyberpornographie.

Par ailleurs, le législateur a adapté les règles de procédure pénale pour permettre l’utilisation des technologies dans le cadre des enquêtes et des procès. Il a ainsi autorisé l’utilisation de techniques spéciales d’enquête, comme les écoutes téléphoniques, les interceptions de correspondances ou les perquisitions informatiques. Il a également permis l’utilisation de moyens de preuve numériques, comme les enregistrements audiovisuels, les documents électroniques ou les expertises techniques.

Les perspectives d’avenir pour le droit pénal

Selon Yassine Yakouti, le droit pénal doit continuer à s’adapter aux nouvelles technologies, tout en respectant les principes fondamentaux du procès équitable et des droits de la défense. Il s’agit notamment de garantir la fiabilité, la loyauté et la contradiction des preuves numériques, ainsi que le respect du contradictoire, du droit à l’information et du droit au recours.

Il s’agit également de veiller à l’équilibre entre la nécessité de lutter contre le crime et le respect des libertés individuelles. Pour cela, Yassine Yakouti plaide pour une régulation des technologies par le droit, qui implique une coopération entre les acteurs du droit pénal, les autorités de contrôle et les professionnels des technologies. Il plaide également pour une formation continue des avocats, des magistrats et des policiers aux technologies, afin qu’ils puissent les utiliser de manière efficace et éthique.

La conclusion de Yassine Yakouti

Yassine Yakouti considère que les nouvelles technologies sont à la fois une opportunité et un défi pour le droit pénal. Elles offrent des moyens inédits pour prévenir, détecter et réprimer les infractions pénales, mais elles posent également des questions éthiques, juridiques et sociales. Il est donc essentiel que le droit pénal s’adapte aux évolutions technologiques, tout en respectant les droits fondamentaux et les principes du procès équitable. Il est également indispensable que les avocats pénalistes se forment aux technologies, afin de pouvoir défendre au mieux les intérêts de leurs clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *