• mar. Mai 28th, 2024

Pourquoi le réalisateur Steven Spielberg a-t-il changé de nom pour le film Les Fabelmans ?

Les Fabelmans de Steven Spielberg.Source : Wikimédia Commons.

L’explication logique pour laquelle Steven Spielberg a choisi le titre « The Fabelmans » plutôt que « The Spielbergs » est que le film est en partie autobiographique.

La question s’est posée pour le réalisateur et son scénariste, et la réponse est un peu plus compliquée qu’on pourrait s’y attendre. Actuellement à l’affiche au cinéma, Les Fabelman s’inspire de l’histoire de Steven Spielberg, à tel point qu’on se demande pourquoi ne pas simplement intituler le film « Les Spielberg ».

Parce que Les Fabelman incorporent des éléments de fiction tout en adaptant la jeunesse du cinéaste, il ne faut pas interpréter toute l’intrigue du film comme une représentation du passé de Steven Spielberg à l’écran.

Voici la bande-annonce de ce film :

Le réalisateur américain révèle les sources de son art et de sa psyché en explorant son histoire familiale

C’est un film qui a déjà reçu beaucoup d’attention et qui est considéré comme un tournant important dans la filmographie du réalisateur américain, car la famille en question ressemble étonnamment à celle de Spielberg : un père ingénieur et pionnier de l’informatique ; une mère au foyer, pianiste et débordante d’énergie créative ; deux filles ; et un fils, Sammy. La première apparition de Sammy au cinéma en 1952 ouvre le film, que Tony Kushner, dramaturge et scénariste, a co-écrit.

Lorsqu’un accident de train spectaculaire est apparu à l’écran alors qu’il avait sept ans, cela l’a profondément marqué. Il vit des cauchemars, car ses désirs et ses peurs coexistent, mais ses parents lui achètent alors un train électrique et un appareil photo, et il recrée lui-même ces premières images traumatisantes dans sa chambre, les apprivoisant en les fixant sans cesse. Nous regardons Sam mûrir, développer un amour pour la photographie, commencer à faire des courts métrages avec sa famille et ses amis quand il était un jeune garçon, partir en vacances, déménager, vivre son premier amour, et surtout, nous le regardons observer ses parents comme un couple marié et alors qu’ils forment cet étrange trio avec le collègue d’un père qu’ils appellent tous Oncle Bennie.

Encoder/Décoder

De toute évidence, le réalisateur y travaillait depuis un moment. Selon Spielberg, il voulait faire un film autobiographique depuis les années 1990. Il y a des signes de résistance. La représentation familiale du film dégage une impression pas si agréable de surjouer dans les premiers instants, notamment de la part du couple de parents joué par Paul Dano et Michelle Williams, ce qui fait bégayer l’intrigue jusqu’à ce que l’on se rende compte que le film fait également émerger douloureusement une forme de traumatisme en plus de la spectaculaire comédie familiale.

Les Fabelman reprennent là où les films de Spielberg se sont arrêtés en termes de représentation de l’enfance et de la famille. Il est toujours question de mémoire et de traumatisme dans ses films, mais il semble que la forme les encode mécaniquement en surface, un peu comme dans Ready Player One, où le génial développeur d’un jeu vidéo dissimulait astucieusement son jeu dans un jeu ludique, former les indices de ses fantasmes et traumatismes. Pour la première fois, il me semble que ce film de Spielberg n’encode pas, mais plutôt décode le monde d’une manière presque psychanalytique et révèle de nouvelles choses, comme le sale, le honteux et le sexe. Il y a une scène qui, à mon avis, est le battement de cœur du film qui correspond à l’horrible scène du train, qui est un exemple classique de cauchemar d’enfance. Toute la famille se rassemble autour d’un feu de camp en été.

Filmée par le héros adolescent, sa mère se met à danser toute seule tout en étant éclairée à la fois par le feu et les phares de la voiture. On peut voir son corps nu à travers le fin tissu de sa chemise de nuit. La caméra s’attarde sur les yeux anxieux d’une sœur offensée qui veut cacher sa mère, le mari admiratif, le séduisant oncle Bennie, et la caméra du fils qui prend des photos sans en prendre. Sous les images, une vérité déchirante pour ceux qui filment, ceux qui montrent et ceux qui regardent, n’apparaîtra qu’au fil du film. Le caractère ouvertement sexuel de cette séquence, inhabituel dans la filmographie de Spielberg, a un effet révélateur qui fait dévier le film, le sens du spectacle, le sens du cinéma, et qui documente intimement la passion de l’auteur, l’ancre à quelque chose profond et authentique, bien au-delà de l’histoire « officielle » de Spielberg présentée dans le film : les scènes de guerre tournées alors qu’il n’avait que quinze ans et projetées en fanfare au lycée, une rencontre inattendue avec John Ford. Tout cela est dépeint dans le film, mais comme une mythologie, dans laquelle il s’agit de révéler ce qui compte vraiment, et qui peut se résumer dans la phrase « Ça va te déchirer », prononcée plusieurs fois de manière évocatrice, notamment par un oncle artiste excentrique qui rend visite aux Fabelman. C’est similaire à ce que le film fait au cinéma de Spielberg ; il le déchire et examine ce qu’il y a en dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *